Pas de preuve que l'Ukraine est responsable de l'attaque de Donetsk

13/04/2022, 03:06 PM (CEST)

Un utilisateur Facebook prétend dans l’une de ses publications que les forces armées ukrainiennes auraient « frappé à l’aveugle le centre de Donetsk » avec un missile balistique Tochka-U. Les civils auraient été « visé délibérément par l'armée Ukrainienne » (sic.). Pour illustrer ses allégations, celui-ci poste deux photos : une image de l’armée ukrainienne et une de ce prétendu lanceur de missiles.

Évaluation

Il n’y a aucune preuve qu’il s’agirait d’une attaque ciblée de l’armée ukrainienne sur les civils de Donetsk. L'utilisation supposée d'un missile Tochka-U ne permet en effet pas d'arriver à une telle conclusion, puisque la Russie posséderait aussi ce type d'armes. De plus, les photos qui accompagnent la publication sont des images d'archives et ne prouvent en rien les propos de l’utilisateur Facebook.

Faits

Le lundi 14 mars 2022, une attaque perpétrée sur la ville de Donetsk, dans le Donbass ukrainien, a fait plus de 20 morts. La RTBF, CNN, The Guardian et de nombreux autres médias reprennent les chiffres d’un communiqué du Comité d'enquête russe évoquant la mort de civils, entre 20 et 23, selon les sources.

Les différents médias citent des sources mentionnant des dégâts, qui auraient été causés par un missile de type Tochka-U. Celui-ci aurait touché la zone résidentielle de Donetsk, autoproclamée « capitale » du territoire séparatiste prorusse de Donetsk. Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, qualifie cette attaque de « crime de guerre », critiquant une cible sans présence des forces armées.

La RTBF, entre autres, rapporte que « l'armée ukrainienne a fermement démenti avoir tiré un missile contre Donetsk ». La chaîne publique belge cite Leonid Matioukine, le porte-parole de l’armée ukrainienne, qui assure que le missile, ou le type de munition utilisée, serait d’origine russe.

Selon le site de la RTBF toujours, le chef des séparatistes de Donetsk, Denis Pouchiline, a affirmé à la télévision russe qu'il s'agissait d'un missile contenant des sous-munitions, interdites par plus d'une centaine de pays dans le monde, mais pas par la Russie ni l'Ukraine. Le Guardian précise qu’il s’agirait d’une tête de missile shrapnel, une tête de type obus, qui aurait projeté des fragments lors de son explosion.

« Si (le missile) n'avait pas été abattu, il y aurait eu encore plus de victimes », a estimé le chef des séparatistes, Denis Pouchiline, à la télévision russe. Selon les propos rapportés par la RTBF, il semble donc que ce missile Tochka-U n’ait pas atteint sa cible, mais ait été abattu en vol.

Les missiles Tochka-U

Comme expliqué ci-dessus, les deux nations s’accusent mutuellement. Le site Missile Threat explique que la portée des missiles Tochka-U peut atteindre 120 km. Les missiles balistiques peuvent transporter des têtes nucléaires, des ogives remplies de produits chimiques ou, comme il l’a été décrit dans le cas de cette attaque au début du mois de mars 2022 à Donetsk, des sous-munitions comparables a des obus. Le site précise également que seuls certains pays l’ont en leur possession : Russie, Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Corée du Nord, Syrie, Ukraine, Yémen. Il s’agit en effet d’une arme issue de l’Union soviétique.

L’un des arguments de la Russie pour réfuter les accusations sur sa responsabilité dans l’attaque de Donetsk serait le fait que l’armée russe n’utilise plus ce type d’armes. En effet, les lanceurs de missiles Tochka-U sont critiqués pour leur manque de précision. Ils ont été remplacés par les lanceurs de missiles Iskander disposant d’une plus longue portée et pouvant transporter plus d’un missile par véhicule. L’agence de presse étatique russe TASS affirme, dans une de ses dépêches parue deux jours après l'attaque à Donetsk, que les missiles Tochka-U « ne sont pas au service des forces armées russes », citant une lettre du représentant russe aux Nations Unies (ONU) à l’organisation internationale.

Le conseiller du chef du ministère ukrainien de l'Intérieur Vadym Denysenko rapportait cependant début mars à la chaîne ukrainienne Channel 24 que les troupes russes utilisaient des missiles Tochka-U.

De plus, des observateurs assurent que les forces armées russes n’utilisent pas seulement des armes de précision. Par exemple, Amnesty International cite les exemples des attaques de Vouhledar, Kharkiv et Ouman. Les enquêteurs d’Amnesty International spécialisés dans les armes confirmaient le 25 février que des missiles de types Tochka auraient été utilisés par les soldats russes dans le cadre de l’attaque de ces villes. Les attaques ayant eu lieu au début de la guerre démontreraient que les affirmations selon lesquelles les missiles Iskander auraient totalement remplacé les Tochka-U d’ici 2020 seraient fausses.

Contrairement à ce que l'utilisateur Facebook avance, il n’y a donc aucune preuve que l’attaque ayant eu lieu le 14 mars 2022 à Donetsk ait été perpétrée par les forces ukrainiennes. Étant donné qu’aussi bien la Russie que l’Ukraine posséderait des missiles de type Tochka dans leur arsenal, l’utilisation d'une telle arme ne constitue pas une preuve de culpabilité de l'un ou l'autre parti.

En outre, les photos accompagnant la publication sont des photos d’archives sorties de leur contexte. La première remonte à l’époque de la guerre du Donbass et à l’annexion de la Crimée, en 2014. La seconde montre, en effet, un lanceur de missile Tochka-U, mais celui-ci appartient à l’armée russe.

Photo 1
La première photo montre des soldats ukrainiens devant un char militaire et un drapeau ukrainien. L’image date de 2014 et a été prise à Izioum dans l’oblast de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, alors que ceux-ci se réapprovisionnaient en munitions - le Washington Times ainsi que d'autres médias (ici et ici) ont utilisé cette photo pour illustrer leurs articles.

En 2014 ont eu lieu l’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass. Après la décision de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch de rompre l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne au profit de la coopération avec la Russie, des manifestations ont eu lieu à Kiev, sur la place de l’Indépendance (Maïdan). Entre 200 000 et 500 000 manifestants pro-européens y réclamaient la fin du pouvoir d'Ianoukovitch.

La violente répression des forces de l’ordre a conduit à la mort de plusieurs dizaines de manifestants et engendré beaucoup de blessés. Cette crise a conduit à la chute de Viktor Ianoukovitch, le 22 février 2014, ainsi qu'à l'annexion de la Crimée par la Russie. Ont suivi les premières confrontations dans le Donbass ukrainien, après que les provinces de Donetsk et de Lougansk se soient auto-proclamées « républiques populaires ». Des exactions et bombardements dans la région, qui ont causé la mort de civils, ont été imputés aux deux camps.

La première photo de la publication Facebook date donc de cette période et n’est en aucun cas une preuve de l’implication des soldats ukrainiens dans l’attaque de Donetsk, le 14 mars 2022.

Photo 2
Comme le confirme le site Missile Threat, la seconde photo montre bien un lanceur de missile Tochka-U. Sur la fiche technique du véhicule, on y retrouve la photo de la publication Facebook. Grâce à une version de meilleure qualité de la photo sur Twitter, la plaque d’immatriculation de l’engin a pu être identifiée.

Il s’agit en effet d’une plaque militaire russe. Plus précisément, c'est un véhicule du district militaire de Moscou. Grâce au site platesmania.com, il a été possible de géolocaliser le lanceur de missiles Tochka-U avec le numéro d’immatriculation précédent celui de la photo. La photo a été prise à l’aéroport Vostochny de Koursk.

Ainsi, la dpa a également pu retrouver une vidéo publiée par la chaîne de télévision nationale russe, Ria Novosti. Autour de 22 secondes, le lanceur de missiles se trouve à l’emplacement auquel il a été photographié sur l’image du post. Il est possible de le confirmer en comparant la végétation et la neige amoncelée sur certaines parties du lance-missile. On apprend grâce à la publication de Ria Novosti sur sa page Facebook que la photo a été prise lors d’exercices près de Koursk. La vidéo a été publiée le 23 mars 2018.

Il ne s’agit donc pas d’un lanceur de missiles Tochka-U ukrainien et il n’y a aucune preuve que ce véhicule ait été impliqué dans l’attaque de Donetsk, début mars 2022.

(État des lieux au 12/04/2022)

Liens

Publication Facebook (version archivée)

RTBF - Attaque de Donetsk 2022 (version archivée)

CNN - Attaque de Donetsk 2022 (version archivée)

The Guardian - Attaque de Donetsk 2022 (version archivée)

Missile Threat / Tochka-U (version archivée)

TASS - Pas d'utilisation de Tochka-U (version archivée)

Channel 24 - Vadym Denysenko / Tochka-U (version archivée)

Amnesty International - Utilisation de Tochka-U (version archivée)

TASS - Iskander en 2020 (version archivée)

Photo 1 - Washington Times (version archivée)

Photo 1 - Deutsche Welle (version archivée)

Photo 1 - CNN (version archivée)

Libération - Le conflit en Ukraine (version archivée)

AFP - Sur les civils morts dans le Donbass (version archivée)

Photo 2 - Tweet lanceur Tochka-U (version archivée)

Photo 2 - Identification District (version archivée)

Platesmania.com - Plaques d'immatriculations russes (version archivée)

Platesmania.com - Tochka-U 5612 XT 50 à Koursk (version archivée)

Photo 2 - Vidéo Ria Novosti (version archivée)

Pour plus d'information :

Novyny - Utilisation des Tochka-U / Forces russes (version archivée)

Contactez l'équipe de vérification des faits de la dpa : factcheck-belgium@dpa.com